Hacen Boukhelifa

PETITION : Primaire de l'unité: levons-nous contre Manuel Valls

24 Décembre 2016, 21:54pm

Publié par Hacen Boukhelifa

Primaire de l'unité: levons-nous contre Manuel Valls

Les 22 et 29 janvier 2017 auront lieu les primaires citoyennes de l’unité. Ce grand moment démocratique, initié en France par le Parti socialiste, désignera le futur candidat d’une gauche et de certains écologistes à l’élection présidentielle de mai 2017. Un moment démocratique qui s’inscrit dans la continuité de la primaire de droite où plus de 8 millions d’électeurs se sont déplacés pour désigner François Fillon, leader d’une droite dure, radicale ; dépourvue de toute humanité et générosité.
 
Un moment démocratique qui s’inscrira également à la suite du quinquennat d’un Président socialiste. Quinquennat pendant la durée duquel le chômage de masse  dans nos quartiers populaires (en moyenne deux à trois fois plus élevé que la moyenne nationale), la relégation sociale, les discriminations à l’embauche, les confrontations violentes et répétées avec la police, les conditions de logement indécentes, les assignations à résidence, les inégalités scolaires, et la banalisation de la parole raciste se sont renforcés. Même si quelques avancées sociales constatées ont été très timides, trop éloignées du grand espoir suscité par le candidat François Hollande.
Triste constat d’une politique sociale-libérale qui a laissé des millions de nos citoyens au bord du changement prôné et promis par le Président sortant, qui au vu d’un bilan aussi contrasté socialement que contesté économiquement a décidé de ne pas se représenter, conscient que le rassemblement autour de lui et de la politique menée n’était plus possible.
 
Un quinquennat troublé, où, le 31 mars 2014, s’est installé un Premier Ministre qui n’a eu de cesse de diviser et de stigmatiser une partie de la population tout en réaffirmant cyniquement son attachement viscéral au Parti socialiste et aux valeurs humanistes.
Ce calcul permanent et ambivalent avait pour objectif d’attirer vers lui toutes les lumières médiatiques en jetant l’opprobre sur certaines communautés afin de renforcer l'indécente courbe de popularité.
 
Mais aujourd’hui, est venu le temps Monsieur l’ex-Premier Ministre de rendre les coups !
 
Nous nous souviendrons de vos déclarations racistes sur les Roms, incapables selon vous de s’intégrer du simple fait de leur appartenance ethnique, soulignant misérablement: "qu’il était illusoire de penser qu’on règlera le problème des populations Roms à travers uniquement l’insertion" et d’ajouter "Oui, il faut dire la vérité aux Français. Ces populations ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres et qui sont évidemment en confrontation". La même rhétorique assenée à propos des populations italiennes, portugaises, algériennes, maliennes, comoriennes et espagnoles par l’extrême droite, mais peut–être auriez-vous oublié ?
 
Nous nous souviendrons de vos discours endiablés sur l’islam et les français de confession musulmane, déclarant le verbe haut et la chemise trempée : "Vous parlez de Marianne ! Marianne, le symbole de la République ! Elle a le sein nu parce qu'elle nourrit le peuple ! Elle n'est pas voilée, parce qu'elle est libre ! C'est ça la République ! C'est ça Marianne ! C'est ça que nous devons toujours porter !". Distillant ainsi dans la société française le poison de la division, de la suspicion et de la stigmatisation volontaire, en expliquant que ces femmes se dressaient contre la République, contre le peuple, et représentaient à elles seules, une menace pour toutes nos libertés. Ou encore jubilant au sein de l’Assemblée nationale, soutenant les propos orduriers de la ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, Laurence Rossignol qui avait comparé le port du voile par des femmes à l’esclavage des "nègres". Propos qui selon vous étaient tout à fait justes et donc justifiés. Une pure abomination...
 
Réelle obsession de votre part pour assurer une crédibilité politique lorsque les résultats économiques n’étaient point au rendez-vous. Tapez sur les musulmans, sur les roms et sur les habitants des quartiers populaires ainsi deviendriez-vous Président, me diriez-vous ? Sombre affaire pour un homme qui sait cracher à la figure de ces populations et quémander par la suite le vote de ces hommes et de ces femmes en promettant monts et merveilles. Mais nous avons appris de l’un de vos amis auquel vous avez rendu un vibrant hommage, Charles Pasqua, que les promesses n’engageaient que ceux qui les recevaient, n’est-ce pas ?
 
Nous nous souviendrons de votre entêtement sur la déchéance de nationalité sujet ô combien sensible qui obligea Christine Taubira à assumer ses responsabilités et quitter le gouvernement, sans oublier le 49.3 imposé en toute brutalité.
Monsieur Valls, vous ne pourrez plus vous dérober de la responsabilité qui est la vôtre dans cette période difficile que nous traversons tous. Vous ne pourrez plus vous dérober devant ces millions de chômeurs qui ont jugé sur pièce l’étendue de votre inconstance. Vous ne pourrez plus vous dérober par la petite porte identitaire pour soulager vos peurs et vos angoisses devant cette situation catastrophique où seuls les apparats du pouvoir semblent vous attirer.
 
Nous Citoyens, avons décidé d’appeler à voter massivement contre vous pour le bien de la France et des Français. Nous avons décidé de ne plus baisser la tête devant les islamophobes notoires de votre trempe. Nous avons décidé de porter haut et fort les valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité. Nous avons décidé de porter une laïcité ouverte et non punitive qui respecte les convictions de chacun dans l'intérêt de tous.
 
Nous avons décidé de porter ce combat dans le silence suggestif de l’isoloir, là où s’exprime la démocratie et là où le peuple choisit des hommes et des femmes dignes de le représenter.
 
Les 22 et 29 janvier 2017 nous irons voter massivement contre vous, en toute responsabilité et en toute lucidité. Vive la République et vive la France de l’unité et de la diversité
PETITION : Primaire de l'unité: levons-nous contre Manuel Valls

Commenter cet article